"Ich und mein Haus..." - No. 1

"Ich und mein Haus..." - No. 1

Franca Coray (französisch) - In loser Folge erzählen Fahnenträger, was das Jahresthema 2017 für sie bedeutet.
Franca Coray, Fahnenträgerin Minusio
17 / 01 / 17

 Il y a environ 3200 ans, quand la Terre promise par Dieu venait d’être partagée entre les tribus d’Israël, Josué a mis le peuple devant un choix très important (voir Josué 24, 14-31). Après avoir fait la liste de ce que Dieu a fait pour eux il dit : Maintenant, craignez l'Eternel, et servez-le avec intégrité et fidélité. Et si vous ne trouvez pas bon de servir l'Eternel, choisissez aujourd'hui qui vous voulez servir puis il proclame : Moi et ma maison, nous  avons décidé que nous servirons l'Eternel.

Le peuple répondit : « Il n’est pas question que nous abandonnions le Seigneur pour nous mettre au service d’autres dieux !. » Josué est cependant loin de se laisser entraîner par l’élan d’enthousiasme du peuple : « Vous ne serez pas capables de servir le Seigneur. Si vous l’abandonnez pour adorer des dieux étrangers, il vous exterminera, après vous avoir fait tant de bien. » dit-il. Mais le peuple s’obstinera dans sa décision:  « Mais non, c’est bien le Seigneur que nous servirons. »  Alors, ce jour-là, à Sichem, Josué lia le peuple par un engagement solennel.

Josué mourut peu après, à l’âge de 110,  son mandat accompli. Après lui « Les Israélites servirent le Seigneur durant toute la vie de Josué et, après sa mort, tant que vécurent les anciens qui avaient vu les œuvres accomplies par le Seigneur en faveur d’Israël. » (verset 31). Ensuite commencera le ballet de bonnes intentions et de mauvaises décisions dont est truffé l’Ancien Testament, avec leurs conséquences.

Si Josué a dit que le peuple ne sera pas capable de tenir foi à la parole donnée, c’est parce qu’il se souvenait bien d’un autre épisode : Dans le désert, lieu où eux-mêmes reconnaissent avoir été choyés par Dieu, les Israélites avaient déjà déclaré à Moïse d’être prêts à obéir fidèlement à Dieu. « Moïse vint rapporter au peuple toutes les paroles de l'Éternel et toutes les lois. Le peuple entier répondit d'une même voix: Nous ferons tout ce que l'Éternel a dit. » (Exode 24,3). Les faits démontreront que ces belles promesses ont été invalidées avant même d’avoir été gravées dans les tables. L’Apôtre Pierre, lui aussi, malgré ses ardentes affirmations d’être prêt à « donner sa vie pour Jésus » (Jean 13,37) le reniera trois fois à peine quelques heures plus tard. (Mathieu 26, 69-75). Et ça ne se terminera  pas  là. Je viens de lire sur le bulletin 2-2016 de Portes Ouvertes qu’en Inde 21 familles chrétiennes, soit 76 personnes, ont été reconverties par la force à l’hindouisme. Idem dans l’édition décembre 2016-janvier 2017.

Et nous ? Qu’en sera-t-il de notre résolution de servir l’Éternel avec toute notre famille ? Parviendrons-nous à retenir jusqu’à la fin de nos jours « ce qu’a accompli l’Éternel en notre faveur, et en faveur de notre pays » quelles que soient  les pressions auxquelles nous serons soumis ? Si nous nous souvenons que “ Il n'y a point de juste, pas même un seul » (Romain 3,10) nous n’avons aucune assurance de parvenir à servir Dieu fidèlement  24/24 et 365/365, ceci jusqu’à la fin de nos jours. Mais alors, comme a dit Josué, « Dieu va nous exterminer» à la moindre incartade ?

Le prénom Josué dérive de l’hébreux יְהוֹשֻׁעַ (Yehoshùaˁ), qui signifie "YHWH sauve" exactement comme   יהושע (Yehoshùa), le nom hébreux de Jésus-Christ.  Même nom, même signification. Par leur nom autant Jésus-Christ que Josué déclarent la même chose : c’est Dieu qui sauve. En lisant Luc 18, nous apprenons que le Salut est une chose impossible à obtenir avec l’observation de la Loi qui est possible à Dieu par le biais de la Grâce acquise à la Croix (Jean 3,16). Le Seigneur Jésus, exactement comme Josué en son temps, nous met en garde de faire des promesses irréfléchies à l’Éternel dictées par la suffisance. Jésus-Christ a clairement dit que « sans Lui nous ne pouvons rien faire » et Il nous exhorte à « demeurer en Lui pour réussir à porter des fruits » (Jean 15) et il ajoute « Car le Fils de l'homme est venu, non pour être servi, mais pour servir et donner sa vie comme la rançon de plusieurs » (Marc 10,45)

WOW! Il a accompli ce que nous ne parviendrons jamais à accomplir malgré toutes nos belles promesses et notre bonne volonté !!!

Avec Jésus tant qu’il y a de la vie, tout espoir est permis. Quand l’Apôtre Pierre a rencontré le Seigneur après l’avoir lâchement renié pratiquement sous Ses yeux, Le Ressuscité l’a non seulement pardonné mais aussi rétabli à Son service en lui confiant un mandat très important et délicat: « Pais mes agneaux. »  lui dit-il (Jean 21,17). Cette merveilleuse opportunité d’être à nouveau engagés à Son service est aussi offerte aux chrétiens qui ont été contraints de renier Christ et est valable chaque fois que nous nous heurtons à nos faiblesses malgré notre résolution de servir l’Éternel coûte que coûte.

En conclusion: C’est seulement avec un cœur rempli de confiante reconnaissance et d’humilité envers le Seigneur que chaque chef de famille peut proclamer avec assurance “Moi et ma maison nous servirons l’Éternel ».  Si « nous pouvons tout en Celui qui nous fortifie » (Philippiens 4,13)  il nous arrivera peut-être quand-même de manquer à notre promesse. Dans ce cas souvenons-nous que « C’est Dieu qui sauve », pas nos œuvres. Bien heureusement pour nous !