Prier avec la Bible (5) - Phil 1 et Col 1

Prier avec la Bible (5) - Phil 1 et Col 1

Dave Brander
31 / 10 / 19

La Bible recèle des prières de Jésus, de Paul, de Jean, de David, de Moïse, d’Anne, la mère du prophète Samuel, de Marie et beaucoup d'autres encore. Cette série vise à nous aider à redécouvrir ces prières bibliques. Elles peuvent inspirer notre vie de prière et nous encourager à réaligner nos prières. 

Voici ce que je demande à Dieu dans ma prière : c'est que votre amour grandisse de plus en plus, avec une pleine connaissance et une compréhension parfaite, pour que vous soyez capables de discerner ce qui est important. Ainsi, vous serez purs et irréprochables au jour de la venue du Christ. Vous serez comblés d'une vie conforme à sa volonté, vie qui vous est donnée par Jésus Christ, à la gloire et à la louange de Dieu. (Philippiens 1,9-11 Nouvelle Français Courant)

La communauté des croyants de Philippes, en Macédoine grecque, avait une place spéciale dans le cœur de Paul. Elle était la première église qu'il avait fondée sur sol européen (cf. Ac 16). Ces convertis de Philippes soutenaient financièrement l’apôtre pendant sa captivité à Rome (Ph 4,10-20). L’un d’entre eux, Épaphrodite, lui avait apporté personnellement la collecte à Rome, au prix d’un voyage ardu ; à Rome, cet homme tomba gravement malade. Une fois qu’il eut récupéré grâce à l'intervention de Dieu, Paul l'a renvoyé chez lui, à Philippes - avec une lettre, l’Épître aux Philippiens (cf. Ph 2,25-30).

Paul savait que cette église avait appris à aimer. Elle le soutient pendant sa captivité. Elle ne pense pas seulement à elle-même, mais elle a la perspective de la mission, de propager l’Évangile (cf. Ph 1, 5). Comment l’apôtre peut-il prier pour cette église ?

L'amour n'aveugle pas
Paul voit l'amour qui est déjà présent chez les Philippiens. Et il prie pour une augmentation de celui-ci «dans la connaissance et la compréhension» (d’autres versions disent : perspicacité ou sensibilité). L'amour et la connaissance sont liés. Les Corinthiens ont beaucoup de connaissance, mais ils manquent d'amour (cf. 1 Co 8, 1-3). Les Philippiens, eux, ont déjà prouvé leur amour, or il faut maintenant l'aiguiser davantage : pour cela, il faut y ajouter la connaissance et la compréhension. L'amour ne rend pas aveugle. Ce n'est pas un sentiment ou un état de conscience qui estompe tout et enterre tout sous une sensation plaisante. L’amour biblique doit nous enseigner à découvrir «ce qu’il en est», avec clarté et avec finesse.

Chaque chrétien, chaque église locale doit prendre quantité de décisions. Toutes ne sont pas faciles à prendre. Avec qui faire ma vie ? Quel emploi rechercher ? Quel service remplir dans l'église ? Quelle direction prendre en tant qu'église ? Parfois même, l’on doit trancher, entre plusieurs bonnes options, la meilleure d’entre elles.

La prière qui débloque
C'est ici que commence la prière de Paul : pour une décision de ce genre, il a besoin d'amour – mais aussi de connaissance. Difficile de forcer l’amour – et de même : de forcer la connaissance. Dès lors, priez ! Parfois, Dieu indiquera directement et sans ambiguïté l’option à retenir. Parfois, il causera un accroissement de l'amour ou vous glissera une idée qui fera pencher la balance dans un sens ou dans l’autre.

Dans tous les cas, le processus commence par la prière. Phil ,9-11 est une prière que vous pouvez prononcer à l’heure d’un choix. La prière de Col 1,9-12 ci-dessous en est une autre.

Nous demandons à Dieu de vous faire connaître pleinement sa volonté par l'Esprit, en toute sagesse et discernement. Ainsi, vous vous conduirez d'une façon digne du Seigneur, en faisant toujours ce qui lui plaît. Vous agirez en tout avec la plus grande bonté, et vous progresserez dans la connaissance de Dieu ; vous serez fortifiés par sa puissance selon la vigueur de sa gloire, pour tout supporter avec persévérance et avec patience. (Colossiens 1,9-12 NFC)

Dans ce passage aussi, le contexte est celui d’une décision à prendre. A ce stade, Paul ne parle pas de péché. Si l’une des deux options nous amène sur le chemin du mal, pas besoin de «sagesse et compréhension spirituelle» – c’est une question d'obéissance et de discipline. En revanche, dans de nombreuses situations, plusieurs options valables peuvent s’offrir.

L'objectif
Les deux prières ci-dessous définissent aussi le but. Et celui-ci n’est pas : que nous puissions mener une vie saine et protégée, mais que nous puissions édifier efficacement le Royaume de Dieu. Nous devons porter du fruit et grandir dans la connaissance de Dieu afin d'être prêts quand Jésus reviendra (Phil. 1,10).

Tel est l'objectif sur lequel nous devons aligner nos décisions. Parfois, nous prendrons des décisions incompréhensibles, risibles voire dangereuses – du point de vue de la sagesse humaine. Parfois, le grand objectif nous fera passer par des chemins de traverse qui, de prime abord, paraissaient de très mauvais choix. Pour cela, nous avons besoin d'amour, de perspicacité, de sagesse et de compréhension spirituelle.

Philippes n'était pas seulement la première ville d’Europe évangélisée par Paul. Elle était aussi la ville où, en compagnie de Silas, l’apôtre fut arrêté et emprisonné. Question : que font deux prisonniers chrétiens allongés dans l'obscurité totale d’un donjon intérieur à minuit, les pieds coincés dans un lourd bloc de bois ? Ils chantent. Est-ce raisonnable ? Est-ce bienséant ? Non. Ils perturbent le repos nocturne de ce lieu. Ce n’est pas un bon plan pour qui voudrait ressortir vivant et en bonne santé – les deux chrétiens risquent, au minimum, les moqueries et probablement, les coups. Mais cela entre dans le plan de Dieu, qui va les libérer lui-même, souverainement. Et libérer dans la foulée, spirituellement, le chef de la prison avec toute sa famille.

Concrètement

  • Ne comptez pas sur votre propre entendement. Les stratégies de Dieu sont souvent déroutantes. N'éteignez pas votre intelligence, mais écoutez Dieu ; et mettez votre intelligence à son service.
  • Priez avant de prendre des décisions. Demandez à Dieu quelle option est la meilleure à ses yeux. Ensuite, foncez et faites preuve de courage.
  • Gardez à l'esprit le but : non pas votre bien-être personnel, mais le Royaume de Dieu. Non pas votre accroissement personnel, mais que vous «portez du fruit en toute bonne œuvre». Non pas que votre église puisse engranger bénéfices et félicitations, mais qu'elle soit trouvée prête au jour où Jésus reviendra.