Appel à la prière - Israël

Appel à la prière - Israël

Claire Glauser, RETO-Return Organisation
30 / 09 / 19
Israël

Nous avons appris que le DFAE prépare un nouveau document de base pour la politique suisse au Proche-Orient à partir de l’an prochain. Cette région du monde est au cœur de nos préoccupations.

 

Nous nous étonnons notamment que nos autorités aient fermé l’œil pendant toutes ces années sur la manière dont l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA) et son directeur, le Suisse Pierre Krähenbühl, utilisaient les fonds que la Suisse leur allouait. Ces fonds ont notamment servi, avec ceux d’autres nations européennes, à:

  • des abus dans l'éducation des enfants palestiniens : manuels scolaires d’où Israël est absent, remplacé sur les cartes de géographie par une «Palestine» arabe allant de la Méditerranée au Jourdain, appels à la violence et pratique de cette violence dans les camps de vacances
  • Soutien au terrorisme par le biais de pensions confortables versées aux familles de martyrs (combattants palestiniens morts en mission) et aux terroristes (combattants qui s’en prennent de manière systématique aux populations civiles) emprisonnés et blessés
  • Achat d'armes et construction de tunnels
  • Corruption de dirigeants palestiniens

La Suisse suspendra ses dons, issus de l’argent des contribuables, à l'UNRWA à partir de 2020. À notre avis, c'est là un pas dans la bonne direction. Nous saluons cette décision de nos autorités
Selon nous, le nouveau document de base devra contenir les déterminations suivantes :

  • Aucune mention de la solution «à deux États», car elle n'est pas souhaitée par la majorité des deux parties. Israël y est opposé pour des raisons de sécurité (le retrait de Gaza en 2005 a fait de ce territoire palestinien une base de lancement pour des milliers de missiles sur Israël). Les Palestiniens eux-mêmes, parce que leurs dirigeants ne reconnaissent pas Israël et veulent en définitive recouvrer l’entier du pays; une solution à deux États ne sera pour eux qu’un tremplin pour en obtenir davantage.
  • Pas d'argent des impôts suisses pour les organisations palestiniennes, le Hamas à Gaza et le Fatah en Cisjordanie.
  • Mettre les organisations suivantes sur une liste d'organisations considérées comme terroristes : le Djihad islamique à Gaza et le PLFP (ancêtre du Fatah) en Cisjordanie. Le Hamas l’est déjà depuis 2013 (mais reste à surveiller car il regroupe en fait quantités de petites branches sur lequel le tronc commun n’a plus toujours le contrôle) et le Hezbollah libanais aussi (mais seulement sa branche militaire).
  • Le vote de la Suisse dans les organes de l'ONU (Assemblée générale de l'ONU, Conseil des droits de l'homme, etc.) doit être correct
  • Reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël et transfert logique de l'ambassade de Suisse de Tel Aviv à Jérusalem.
  • Prions spécialement pour le conseiller fédéral Ignazio Cassis, à la tête du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) depuis le 1er novembre 2017.