Jour du « réseau de prière » de la Suisse allemande

Jour du « réseau de prière » de la Suisse allemande

Stephan Trottmann
16 / 01 / 19

Environ 160 porte-drapeaux et partenaires de prière de la Suisse allemande sont arrivés par petits groupes au château de Liebegg et ont été accueillis avec du café et des tranches de tresses fraîches. La fanfare des trompettes d’argent nous a appelés dans la salle du château, où les premiers chants de louange s’élevaient déjà vers le ciel. Par le chant d’une prière demandant que des fleuves d’eau vive se déversent d’en haut nous avons passé à un temps d’enseignement donné par Hans-Peter Lang, directeur de « Prière pour la Suisse ».

Dieu l’avait réveillé la nuit précédente pour lui parler lui de sa manière de comprendre l’Eglise. Une juste compréhension de l’Eglise montre combien il est important de rétablir les cinq services (ou ministères) établis par Jésus et définis dans Ephésiens 4,11-12. J’aimerais vous rappeler ici une image illustrant ces cinq services trouvée par Hans-Peter Lang dans un livre de Winfried Bauer.

Il s’agit des membres d’équipage d’un avion, comprenant : le commandant de bord, l’officier pilote de ligne ou copilote, l’officier mécanicien naviguant et les membres d’équipage de cabine. La tâche du commandant de bord correspond au service de l’apôtre, qui consiste à conduire l’Eglise au but fixé par Dieu. Le commandant et son équipe doivent s’y préparer et diriger leurs regards vers le but fixé. Le commandant est assisté du copilote, dont l’une des tâches est la communication, tâche qui correspond au service du prophète. Le commandant et le copilote sont assistés d’un officier mécanicien naviguant, dont la tâche est de surveiller la trajectoire du vol, l’altitude de l’avion ainsi que d’autres paramètres importants pour la sécurité et de signaler toute déviation de trajectoire. Cette tâche est comparable au service d’un enseignant, qui a acquis une bonne connaissance de la Parole de Dieu et la transmet.

Les passagers de l’avion ne bénéficient qu’indirectement de ces trois premiers services. Les membres d’équipage de cabine – dont les tâches sont comparables aux services de l’évangéliste et du berger – sont eux en contact direct avec les passagers. Il est nécessaire que ces cinq services (ou ministères) soient coordonnés. Si l’un d’entre eux manque, ni l’avion ni les passagers ne parviendront sans problèmes au but fixé.

Le temps de prière qui a suivi l’enseignement ainsi que le repas pris en commun nous ont permis de nous approprier par la prière et le dialogue ce que nous avions entendu. L’après-midi, nous avons commencé par prier pour nos autorités. Stephan Trottman, directeur du « réseau de prière » des porte-drapeaux de la Suisse allemande, a expliqué que la prière pour les autorités est une tâche importante des porte-drapeaux. En présentant une rapide rétrospective historique de ce service, il a souligné que ce qui est important n’est pas le drapeau, mais la prière en faveur de la commune concernée. Nous avons poursuivi en priant intensivement que, dans toutes les villes et tous les villages de Suisse, des personnes reçoivent l’appel de servir comme porte-drapeaux leurs communes respectives. Pour terminer, nous avons adoré Dieu à haute voix et élevé son nom.