Schaffhouse

Un peu d’histoire

 

Persécution des Juifs

Le 22 février 1349, lors de la peste noire, les Juifs de la ville, accusés d’avoir empoisonné les puits, furent immolés sur le bûcher. Les maisons ayant appartenu aux Juifs devinrent propriété de la ville et les dettes des habitants envers des Juifs annulées. Au cours de la seconde moitié du 14ème siècle, les juifs purent de nouveau s’établir dans la ville. Le 25 juin 1401, trente adultes condamnés à la suite d’accusation de sacrifices rituels furent encore immolés.
Sous le régime nazi, la frontière du canton de Schaffhouse a été un important point de fuite pour de nombreux Juifs allemands, menacés de déportation. À partir de 1942, le canton a mis en œuvre une politique relativement humaine à l’égard des réfugiés, plus ouverte que celle préconisée par la Berne fédérale. Actuellement, les Juifs sont assez peu représentés à Schaffhouse. Aucun événement historique n’a pour l’instant été étudié sous l’angle spirituel par une autorité religieuse représentative et ce n’est que très récemment que des réflexions sur l’approche historique de ces événements ont été menées.

Pasteur David Spleiss, Schaffhouse, 1786 – 1854

David Spleiss fut l’un des prédicateurs du Réveil les plus originaux de Suisse. Dès son plus jeune âge, il rapportait ses doutes et sa détresse en priant Dieu. Au mois d’août 1813, il devint pasteur de la petite paroisse de Buch, dans l’Hegau. Lors d’une randonnée à travers le Toggenburg, il eut, en apercevant une grande croix sur une colline, une révélation. À compter de ce jour, il transmit l’Évangile aux autres avec une grande conviction. Après une prédication, le 23 avril 1818, il provoqua un Réveil : de nombreuses personnes se vouèrent de nouveau à Jésus-Christ et créèrent des groupes de prière. Les gens affluèrent à Buch de tout le canton pour assister aux cultes ; le gouvernement crut bon d’intervenir, mais le Réveil avait déjà gagné d’autres villages. Spleiss et les membres des églises du Réveil vivaient également leur foi par un amour pratique du prochain, par exemple en ouvrant l’orphelinat « Frideck » le 14 octobre 1841. Aujourd’hui encore, les chrétiens parlent du Réveil de Spleiss et sont nombreux à espérer une nouvelle effusion de l’Esprit Saint.

Demandes de prières

  • Considérer et accepter son identité de canton frontalier. D’un côté, Schaffhouse est pour ainsi dire en Allemagne, et de l’autre, il jouit d’assez peu de considération comme canton frontalier de son grand voisin zurichois. Seuls des ponts relient le canton au reste de la Suisse.
  • Ressentir sa vocation de « phare » spirituel et la comprendre : protéger, éclairer et guider.
  • Il faut encore améliorer la mise en réseau des différents groupes de prière afin de pouvoir organiser rapidement et facilement des prières en réponse à des situations spéciales.
  • Compléter l’équipe au niveau cantonal.

 

Porte-drapeau cantonal 

Ruth Bösch 

schaffhausen(at)gebet.ch

052 685 19 25