Saint-Gall

Un peu d’histoire

 

La création du canton de Saint-Gall, à partir de différents territoires, ne remonte qu’à 1803, et la représentation confessionnelle y est donc très hétérogène. En 1814, les Saint-Gallois se révoltèrent ouvertement contre la politique de leur gouvernement. Les habitants de la vallée du Rhin se réunirent pour donner l’assaut contre la capitale et ceux des districts de Sargans et d’Uznach décidèrent de faire sécession. La diète fédérale réussit, en envoyant des émissaires et des troupes, à mettre fin à cette agitation. Lors des élections de 1833, les libéraux, qui comptaient non seulement des protestants mais aussi des catholiques, obtinrent la majorité. En 1834, la loi sur les droits de l’État en matière religieuse fut donc promulguée. Les deux Églises reconnues par la constitution du canton de Saint-Gall ont ainsi été mises sous le contrôle de l’État.

Gall, évangélisateur du lac de Constance, 550 – 16 octobre 640

Le moine Gall – avec l’aide de Colomban et d’autres compagnons – a suivi l’appel de quitter son monastère de Bangor en Irlande pour rejoindre Brégence, en passant par Luxeuil. Il détruisit des idoles païennes afin de prouver que la puissance de Dieu par Jésus-Christ est plus grande que celle des idoles. Il fut ensuite appelé à devenir ermite et fut accueilli à bras ouverts dans la vallée de Steinach. Plus tard, l’abbaye de Saint-Gall fut créée, et devint un centre spirituel rayonnant, guidant les hommes sur le chemin de la foi.

Vadian (Joachim de Watt) le réformateur, 1484 – 1551

On ne peut concevoir la Réforme à Saint-Gall sans Vadian. Sans lui, elle n’aurait pu s’affirmer en ces temps de troubles. En tant que savant, médecin, et plus tard bourgmestre, il sut faire aimer les croyances de la Réforme aux Anabaptistes sans effusion de sang. Il invita chez lui des intellectuels de ses amis pour leur raconter les Actes des Apôtres. C’est ainsi à cette époque que les fondements des communautés de maison et de prière et des églises évangéliques (par ex. Stephan Schlatter, 1837) furent posés.

Diacre Jakob Heim, Saint-Gall, vers 1839

La fondation de l’ancien « Foyer de la Wassergasse », destiné aux enfants abandonnés, est l’œuvre du diacre Jakob Heim de Saint-Gall. À cause de l’industrialisation et de la dissolution familiale, les enfants abandonnés étaient toujours plus nombreux. Heim rassembla un groupe de volontaires, femmes et hommes, et le soutien de la population fut considérable. Aujourd’hui, le foyer scolaire évangélique Langhalde à Abtwil, près de Saint-Gall, se charge d’apporter une éducation complète aux enfants et aux jeunes d’âge scolaire souffrant de troubles du comportement ou de l’apprentissage.

Demandes de prières

  • Prendre les bonnes décisions pour la mise en œuvre du Lehrplan 21 (réforme scolaire en Suisse alémanique).
  • Inciter les communes à faire preuve de compassion envers les bénéficiaires de l’aide sociale et ne pas les exclure dans l’anonymat des villes.

Porte-drapeau cantonal

Emil Wenk

st.gallen(at)gebet.ch